Jean Serge NERIN

Victime d'une attaque terroriste à Villiers-En-Brie

Mardi 16 mars 2010

Il est environ 19h lorsqu’un vol à main armée est commis dans ce dépôt-vente de véhicules d’occasion. Deux individus pénètrent à visage découvert dans le garage et menace l’employé avec une arme. Ce dernier est ligoté avec une cagoule sur la tête. Une femme demande à l’employé de lui transmettre le code de l’alarme et de lui indiquer l’attribution des jeux de clés.

Les malfaiteurs s’emparent de cinq voitures dont le véhicule personnel de l’employé. Il parvient à se libérer quelques minutes après les faits et appelle un ami, la police et son employeur.

Le vol n’a pas encore été signalé lorsqu’une patrouille de quatre policiers, composée du brigadier-chef Jean-Serge Nérin et de trois gardiens de la paix, remarque une BMW empruntant à vive allure le chemin de Fortoiseau. Intrigués, les policiers aperçoivent un peu plus loin quatre personnes en train de remplir les réservoirs de quatre véhicules dans une station-service avec des jerricans.

Les policiers, intrigués, décident de les contrôler. L’un des membres du groupe se met alors à crier et les quatre individus tirent sur les policiers qui rapidement parviennent à les neutraliser.

C’est alors qu’un autre véhicule surgit et s’arrête à quelques mètres des policiers. Deux hommes en descendent et ouvrent le feu. Touché de deux balles sous l’aisselle gauche, sans même avoir eu le temps de tirer, le brigadier-chef Jean-Serge Nérin, 52 ans, s’écroule. Il meurt peu après. Ce père de quatre enfants avait fait toute sa carrière au commissariat de Dammarie-lès-Lys.

Alors que le commando prend la fuite, Joseba Fernandez Aspurz alias « Pequeno », est arrêté sur place. Une arme Smith & Wesson dérobée dans une opération de l’ETA en octobre 2006 dans une armurerie de Vauvert (Gard) est découverte.

Le port du crêpe noir

C'est à la mort de Jean-Serge NERIN, que l'association 911-17, avait aussi sollicité le fait de pouvoir porter le crêpe noir sur l'écusson Police Nationale. S'en suit alors une décision positive de la part de la direction de la Police Nationale. Cliquez-ici