BAND OF BROTHERS
9/11: il y a 20 ANS!

11 septembre 2001 - 11 septembre 2021

Commémoration des 20 ans des attaques du 11 septembre 2001

02 - Scott SHIELDS, le manipulateur

Article réalisé par Laurent

Peu de personnes et adhérents de l'association 911-17 connaissent cette histoire, qui fait malheureusement partie de la vie de 911-17. Nous avons décidé, à l'occasion des 20 ans du 11 septembre de vous la dévoiler pour ceux n'étant pas au courant de ce qui nous est arrivé en 2005.

Cette histoire, c'est la "verrue" que l'association c'est très vite débarrassé en coupant les ponts avec une personne rencontrée lors de notre visite du mémorial du NYPD, et qui était en réalité un menteur, un affabulateur, un profiteur de la détresse du 11 septembre 2001.

Un regret, un dégout de voir que la nature humaine peut être douée d'une nature vile, immonde, sans cœur.

Cette histoire, c'est l'histoire de Scott SHIELDS, l'un des manipulateurs post 11 septembre 2001.

Depuis, certains peuvent me trouver méfiants, suspicieux de ceux nous approchants lors de nos présences à New York, mais ne dit-on pas chat échaudé craint l'eau froide?

Laurent

Mai 2005, MEMORIAL DU NYPD, RENCONTRE AVEC SCOTT SHIELDS

Cette année-là, la délégation était formée de 4 policiers et deux accompagnants. C'était la première délégation en nombre de l'association ravie de rencontrer Wilton à quelques occasions et notamment lors des patrouilles organisées avec nos homologues du NYPD.

Mais malheureusement, un énorme nuage est venu assombrir ce tableau idyllique d'une délégation heureuse de ce qu'elle était en train de vivre. Alors que nous étions en visite au mémorial du NYPD, et que nous venions d'y déposer une gerbe de fleurs, je constate que Séverine et Adeline, étaient en pleine discussion avec un homme, d'un certain âge, accompagné d'un golden retriever.

Nous nous rapprochons tous d'eux et nous prenons part à la discussion. Séverine, franco américaine, nous expliquait qui était cet homme. Il s'appelait Scott SHIELDS, et se présentait comme ayant été l'un des tous premiers intervenants sur le site du World Trade Center, avec son chien secouriste, qu'il appelait BEAR.

Il nous expliquait que le chien avec qui il était aujourd'hui n'était autre que le père de Bear, qui malheureusement était mort après en 2003 des suites de maladies contractées au cours des opérations de sauvetage à ground zero.

Religieusement, nous écoutions son récit, fascinés. C'est alors qu'il nous demanda si nous souhaiterions visiter une caserne de pompier du FDNY, connaissant plusieurs d'entre eux. Cette idée, bien sur remporta l'unanimité et nous voici en direction de la caserne concernée. Prétextant devoir partir, Scott SHIELDS nous laissa avec ces amis pompiers et nous dédicaça son livre "Bear, Heart of hero", livre que nous avons gardé, bien que toute ces histoires étaient au final fausses.

De retour en France, nous véhiculions alors l'histoire de Scott SHIELDS avant de revenir à New York en septembre 2006, où, la délégation de l'époque avait été invitée à un repas au Pier 17.

A l'époque, tous les membres de la délégations avaient salué cet homme pour ses actes de sauvetages qu'il venait de nous parler.

Nous aurions du garder de beaux souvenirs de notre rencontre, mais, malheureusement, nous allions tomber de haut, voir de très haut quelques semaines plus tard.

Octobre/Novembre 2006, LA CLAQUE!

Je ne peux vous dire trop comment, mais j'avais été avisé qu'aux Etats Unis, de nombreuses personnes, commençaient à être traduites en justice pour s'être faussement fait passer pour des victimes, des survivants du 11 septembre 2001, afin de toucher des compensations.

Je me souviens qu'à l'époque j'avais trouvé l'attitude de ces gens de détestables. Mais j'étais loin de m'imaginer que quelques semaines plus tard, ce serait moi, nous, association, qui allions subir un sacré revers.

Dans un premier temps, j'avais reçu par mail, des informations mentionnant que Scott SHIELDS était embêté par la justice pour fraude.

Un article du New York Post, reprenait d'ailleurs cette fraude, le 25 septembre 2006 (CLIQUEZ-ICI). J'ai donc cherché des nombreux articles traitant de la situation.

Bear a été décrit pendant des années dans les principaux médias en tant que héros: CNN, le New York Post, le Sun, le Greenwich Times, le Washington Times et le Times de Londres.

Bear a été honoré en tant que héros de l'humanité par les Nations Unies, et sa photographie y a été exposée pour la célébration de la paix mondiale en 2003. Il est devenu le chien d'affiche des opérations de sauvetage du 911. Le 11 septembre 2004, la FDNY-EMS Academy de Fort Totten, New York, a honoré Bear en gravant son nom dans une brique qui fait partie d'un mémorial permanent aux héros tombés du 11 septembre.

Bear a été blessé par un morceau de métal à Ground Zero. Il s'est complètement rétabli mais est décédé un an plus tard d'un cancer, à peine deux mois avant son 13e anniversaire. Bear était un héros Atta-Boy haut de gamme, sans faille, honnête à Dieu.

Et pourtant, TOUT ETAIT MENSONGE.


Force est de constater, qu'au bout de nombreuses recherches, je devais me rendre à l'évidence: nous avions été bernés par un menteur, un manipulateur. Scott SHIELDS n'était pas celui qu'il prétendait être, n'avait pas fait tout ce qu'il prétendait avoir fait sur le site de Ground Zéro, et avait détourné avec sa sœur, prés de 50.000$ d'aides fédérales, indûment versées.

Scott SHIELDS s'était gaussé auprès de nous d'avoir participé aux opérations de secours à la Nouvelle Orléans, après le passage de l'ouragan Katrina. Une photo de sa présence est assez populaire, ou il posait avec des militaires. Malheureusement, Scott SHIELDS s'était servi de ces militaires pour obtenir des images pour justifier ses mensonges.

A New-York, c'était la même chose. En 2007, un policier du NYPD en retraite, Dan Donadio, ancien officier du K9 dont les équipes se sont rendues sur Ground Zero, a déclaré qu'il avait dit à SHIELDS de quitter le site lors des premières heures suivant l'effondrement des tours, car Bear n'était pas un chien de sauvetage formé, ce qui pourrait induire les secouristes en erreur.

2008: LE JUGEMENT

En novembre 2008, Scott et Patricia Shields ont plaidé coupable d'avoir illégalement obtenu de l'argent du gouvernement de deux agences, la Federal Emergency Management Agency (FEMA) et la Croix-Rouge américaine. Il a été arrêté, avec sa sœur, Patricia Shields, en mars 2007. Selon les archives judiciaires, Scott et Patricia Shields ont demandé une aide hypothécaire et locative à la FEMA après le 11 septembre 2001, affirmant qu'ils vivaient à Manhattan à l'époque.

Cependant, les archives du gouvernement montrent qu'ils vivaient et travaillaient à Greenwich, dans le Connecticut - pas à New York - et n'étaient pas éligibles à l'aide de la FEMA. L'aide n'était destinée qu'aux personnes vivant à proximité du World Trade Center, à celles qui avaient été blessées par les événements et aux entreprises endommagées.

Pas pour ceux qui ont déménagé à Manhattan après coup. Shields a reçu 38 906 dollars de la FEMA et 10 553 dollars de la Croix-Rouge après avoir donné de fausses informations.

Shields a été condamné à huit mois de prison. Après sa sortie de prison, Shields était en liberté surveillée pendant trois ans et a été condamné à rembourser 49 439 $ au gouvernement. Sa sœur, Patricia Shields, a reçu une peine identique.

En 2002, les affirmations de Shields sur l'héroïsme de Bear ont été détaillées dans son livre, «Bear: Heart of a Hero», co-écrit par Scott Shields et Nancy West. Le livre a été retiré de la vente en 2006 lorsque l'éditeur a réalisé que Shields n'était pas un capitaine et que ses affirmations antérieures d'assistance aux attentats à la bombe dans l'Oklahoma et aux conséquences de l'ouragan Katrina étaient également fausses.

En ce qui concerne l'ouragan Katrina, Shields a fabriqué une lettre du gouverneur de la Louisiane l'invitant à diriger les efforts de recherche et de sauvetage pour les victimes de Katrina. La lettre a été publiée sur le site Web de Shields mais a été démentie par le bureau du gouverneur, la co-auteur du livre, Nancy West, est même allée jusqu'à annoncer publiquement les mensonges du livre au journal Princeton Packet en août 2006.

Il y a également eu des rapports selon lesquels Scott Shields a fraudé une compagnie d'assurance pour qu'elle paie le traitement de Bear pour les blessures causées par le WTC. Même si Bear a été blessé sur les lieux, ce n'est pas à la suite des recherches et de sauvetage, et il n'est pas décédé des suites de ces dernières. Veterinary Pet Insurance, une compagnie d'assurance basée en Californie, a offert des polices d'assurance gratuites pour les plus de 300 chiens de recherche et de sauvetage qui ont aidé à Ground Zero. Les propriétaires de 89 chiens ont accepté l'offre.

Cinq d'entre eux, dont Bear, ont été rejetés en raison de problèmes de santé préexistants. Shields a fait appel et a insisté sur le fait que c'était les 18 heures épuisantes que Bear a passées à Ground Zero, et non l'aggravation de l'arthrite et des infections cancéreuses qui sont typiques chez les chiens vieillissants. La compagnie d'assurance a cédé après avoir entendu l'appel. En outre, un refuge pour animaux du comté de Nassau a offert de couvrir le coût de 3 000 $ des factures médicales impayées de Bear et de lui fournir des soins médicaux à vie.

Et puis il y a la question de la Fondation, The Bear Search and Rescue Foundation, la fondation ouverte par Scott SHIELDS. En 2003, il y avait plus de 37 000 $ en dons, mais seulement 2 000 $ ont été distribués sous forme de subventions. À l'exception de quelques déductions de dépenses effectuées par Scott Shields, la majeure partie n'a jamais été reversée.

En février 2011, Scott Shields était de retour devant le tribunal pour répondre des violations de la probation. Il semble qu'une fois que Shields soit sorti de prison, il a continué ses escroqueries.

Il lui a alors été fait obligation de:

  • Produire toutes les déclarations de revenus en souffrance ou modifiées.

  • Fermer le site Web de la Fondation.

  • Ne posséder aucunes relations dans les forces de l'ordre ou de secours (police, pompiers, militaires, sauvetage, etc.)

  • Ne pas participer à une collecte de fonds ou à une prise de parole en public.

  • Ne pas vendre le livre "Bear: Heart of a Hero"

L'association 911-17, avait depuis bien longtemps coupé les ponts avec Scott SHIELDS qui pourtant, avait tenté de nous contacter par deux fois.


Et juste en juillet dernier, la sœur de Scott, Patricia Shields, a été conduite d'une salle d'audience de Stamford, dans le Connecticut, à purger une peine de deux ans de prison pour avoir violé sa probation. En 1999, elle a été condamnée à cinq ans avec sursis et à cinq ans de probation pour vol au premier degré. Elle a reçu l'ordre de rembourser intégralement 41 624 $ dans le cadre de sa probation, mais elle ne l'a pas fait.


Quelle honte au final. Ces deux-là ont utilisé ce chien pour frauder le gouvernement et pour convaincre des gens bienveillants de faire un don à leur organisme de bienfaisance. Un organisme de bienfaisance basé sur le mensonge. C'était une insulte à tous les premiers intervenants - la police, les ambulanciers, les pompiers, les organisations de recherche et de sauvetage, et les chiens et leurs maîtres qui ont travaillé sans relâche, sans aucune question ni hésitation lorsque les États-Unis en ont eu besoin.

https://landofpuregold.wordpress.com
http://fortheloveofthedogblog.com

Volontairement nous ne diffuserons aucunes photos de la délégation 2005 et 2006 ayant rencontré Scott SHIELDS. Cette expérience restera la seule et unique manipulation dont l'association a été victime en 17 ans d'existence.