NEW YORK

LE PONT DE BROOKLYN: LES REGLES A RESPECTER

LE PONT DE BROOKLYN

L’architecte du Brooklyn Bridge, John August Roebling, a trouvé la mort suite à un accident lors des travaux.

Il n’a jamais vu l’achèvement du pont.
Après sa mort, son fils Washington Roebling a mené le projet à son terme, aidé de sa femme Emily Warren Roebling.

Il fut, lui aussi, victime d’un grave accident et il a dû suivre la construction du pont depuis son appartement à l’aide d’un télescope.

C’est sa femme Emily qui s’occupa des travaux et qui donnait les ordres aux ouvriers. Au total, 27 personnes ont trouvé la mort pendant la construction du pont.


Le 24 mai 1883, le Brooklyn Bridge fut ouvert officiellement.
C’est Emily Warren Roebling qui a traversé le pont pour la première fois.
Pendant cette même journée, 1.800 véhicules et 150.300 piétons ont emprunté le pont.
Le Brooklyn Bridge était à l’époque la seule liaison entre Brooklyn et Manhattan.
La construction du Brooklyn Bridge a coûté 19 millions de dollars, équivalant 320 millions de dollars en 2007.
Six jours après l’ouverture, on doutait de la solidité du pont, on avait peur qu’il s’effondre.
Un an après, le dompteur P.T. Barnum démontra la sûreté du pont en y faisant défiler ses 21 éléphants.


Actuellement, 120.000 voitures, 4.000 piétons et 2.600 cyclistes empruntent le pont de Brooklyn chaque jour.

LES INTERDICTIONS DU PONT DE BROOKLYN

En dehors du fait que le pont de Brooklyn est l'un des lieux touristiques les plus fréquentés de la ville, il n'en est pas moins important de respecter sa réglementation. Si marcher, déambuler sur le pont de Brooklyn est libre de droit, il est en revanche INTERDIT DE L'ESCALADER.

Et pourtant, certains pensent à tort, que s'amuser à escalader les pylônes et accéder aux câbles de suspension du pont, est autorisé, se servant du prétexte d'être étranger et de ne pas comprendre les panneaux rédigés en américain.

Personne n'est dupe dans les rangs des forces de l'ordre et de la justice, et cette excuse de barrière de la langue n'est pas acceptée. Résultat: Interpellation.

Puis c'est le parcours judiciaire: Commissariat, Tribunal, caution, juge et jugement. De grimper sur le pont de Brooklyn est puni par une loi anti-terroriste, mise en place après les attaques du 11 septembre 2001.
Si vous décidez d'outrepasser ces lois, il vous en coûtera une interpellation et surtout, un séjour forcé sur le sol américain, en attente du procès.

Votre passeport sera confisqué.
Ce fût le cas dernièrement, pour un touriste Français, qui a été obligé d'attendre plusieurs semaines sous caution, pour avoir voulu faire des photos sur les pylônes du pont.
Quand on voit ce qu'il faut faire pour accéder aux pylônes, il est fort logique de comprendre que l'interpellé savait pertinemment ce qu'il faisait.

Si vous êtes interpellé, vous pouvez être assisté d'un avocat, à VOS FRAIS. Le Consulat de France, à New York, ne pourra pas vous aider financièrement pour le règlement des frais d'avocat, mais pourra uniquement se déplacer pour s'entretenir avec vous. Il ne pourra intervenir pour inciter quiconque et encore moins le Procureur de Manhattan dans la direction à prendre pour le futur procès.
Le Procureur de Manhattan a avisé que ce dernier exemple serait effectivement le dernier, et que pour le prochain, la loi sera purement et simplement appliquée.

Ceci est considéré comme un CRIME FEDERAL
Les sanctions seraient alors extrêmement lourdes.